Add to compare

Portrait de Makers #44 > Jean-Thomas Valentin

 

Maker, créatif et passionné, Jean-Thomas Valentin ne cesse d’innover pour vous proposer le meilleur ! À la tête de Création & fabrication numérique pour tous depuis 2016, Jean-Thomas souhaite donner la possibilité à chacun de découvrir l’univers et les possibilités qu’offrent les outils numériques. Proposant ses services au travers d’ateliers créatifs, de formations, d’animations… la fabrication devient alors accessible et ludique pour tous !

Qui êtes-vous ?

Je suis Jean-Thomas VALENTIN, j’ai 47 ans. Bien que je me définisse aujourd’hui comme un Maker, un design thinker, ou encore un créateur d’expérience de fabrication numérique, je pense qu’une présentation de mon parcours sera plus simple pour me présenter professionnellement.

Architecte, ingénieur, assistant Fab manager, auto-entrepreneur, vous possédez
plusieurs casquettes auxquelles s’ajoutent de nombreuses autres compétences. Quel a été votre parcours ?

Après 18 années passées au Service Infrastructure de la Défense en qualité d’architecte DPLG, après y avoir passé un diplôme d’ingénieur pour y occuper des postes plus techniques et y avoir exercer des responsabilités managériales, j’ai pris la décision de me recentrer sur la création en octobre 2014.

En septembre 2015, j’intégrais la Business School Audencia à Nantes pour y obtenir
un mastère spécialisé en Marketing Design et Création en 2016.

Ce qui a été déterminant dans mon parcours, c’est ma fréquentation assidue des FABLAB. J’ai d’ailleurs eu la chance d’effectuer un stage de 6 mois au Fablab de l’association nantaise PiNG aux côtés de deux Fab managers exceptionnels (Merci encore à Laurent BERTHELOT et Maëlle VIMONT) qui m’ont ouvert sur la culture, les pratiques et la fabrication numériques.

Durant ce stage je me suis enthousiasmé chaque jour à l’idée de retrouver, cette ambiance chaleureuse et (ré)créative, ou l’on réinvente le monde avec en fond sonore les imprimantes 3D qui chantent comme des petits droïdes, l’odeur de bois brulé des pièces découpées au laser qui se mélange avec celle d’un café partagé.

Ce stage m’a alors permis d’affiner mon projet professionnel et d’envisager résolument une activité dans le domaine de la création et de la fabrication numérique en tant qu’auto-entrepreneur.

2015 est pour vous, une année de transition à la fois personnelle et professionnelle.
Vous faites alors votre rentrée à la Business School Audencia de Nantes. Aviez-vous une idée bien précise de ce que cette formation allait vous apporter ?

Oui et non. Oui, parce que j’étais sûr d’ y acquérir des outils éprouvés et des méthodes sérieuses, et non, car avec du recul, je ne m’attendais pas à ce que cette trousse à outils m’aide autant à me réinventer professionnellement et à créer autrement.

En fait, à la rentrée 2015, je n’ai qu’une chose en tête : l’impression 3D . Voir un modèle numérique se matérialiser aussi rapidement, hors de question que je mette ça decôté, pour moi qui souffrais de m’être trop éloigné de la matière au fil de mon parcours professionnel.

Or, dès le début de la formation, je me suis passionné pour l’expérience utilisateur, le
Design Thinking, le digital et bien d’autres disciplines encore.

Aujourd’hui, ma manière d’aborder la pratique des technologies de fabrication numériques comme une expérience utilisateur et d’utiliser des méthodes de créativité innovantes est indéniablement le signe de mon passage au mastère spécialisé MDC de la Business School Audencia.

Diplômé en « Mastère spécialisé marketing design et création vous fondez en
2016 « Création et fabrication numériques pour tous » dont le but est d’offrir la possibilité à chacun de découvrir cet univers et ses possibilités. Quelle est votre ambition, votre cible et quelles offres de services proposez-vous ?

Je considère le passage de l’usage professionnel d’une technologie de fabrication numérique à son usage grand public comme le véritable avènement. Ce moment où la technologie acquiert du sens parce qu’elle profite au plus grand nombre.

Le grand public reste donc « ma cible » privilégiée, bien que je réalise aussi certaines
prestations pour des professionnels.

La création et la fabrication numériques me permettent de proposer une offre de services assez large : des ateliers créatifs, des accompagnements à la pratique des technologies de fabrication numériques (formations), du team building en mode découverte de la fabrication numérique, des animations diverses d’évènements, mais aussi de la création d’objets uniques imprimés en 3D (trophées, sculpture) et bien d’autres choses encore…

Je pense très prochainement me tourner vers l’artisanat numérique pour me rapprocher encore plus de la création d’objets uniques.

Pointilleux et créatif vous inventez des ateliers adaptés dès le plus jeune âge ou
chacun peut repartir avec sa création. Quel est votre secret, votre méthode pour passer de l’idée au produit ?

J’ai beaucoup joué avec des petites briques suédoises en plastique multicolore, dès mon plus jeune âge et pendant de longues heures à passer de l’idée à l’objet et de l’objet à l’idée.

Aujourd’hui, je joue juste avec un petit peu plus de sérieux et de moyens, en utilisant la modélisation et l’impression 3D pour créer les pièces de mon jeu que je partage sous la forme d’animations ou d’ateliers.

Mes sources d’inspiration sont les engins utilisés par les aventuriers, les explorateurs, le courant steampunk, et parfois je vais vers des choses plus sensibles ou organiques.

La conception d’une expérience de fabrication numérique me prend beaucoup de temps. Le développement d’une idée passe par un nombre incalculable d’itérations imprimées en 3D, prototypées, assemblées, testées, et chronométrées qui envahissent mon plan de travail avant d’être proposées en ateliers. Les ateliers que je propose sont conçus comme des expériences, c’est-à-dire en adoptant une posture empathique à l’égard des participants.

J’imagine Jonathan (un persona dirait-on en marketing) : « j’ai 8 ans, mon attention décroche facilement, j’ai envie de pratiquer l’impression 3D, mais je trouve ça long et je m’ennuie à chaque fois en attendant, j’aime bien quand les consignes sont faciles à comprendre et à appliquer, j’espère que l’assemblage de mon biplan ne sera pas compliqué et que je n’aurai pas mal à mes doigts encore potelés et à la dextérité perfectible…etc., etc. »

Voilà, je vous ai tout dit !

Sur quoi travaillez-vous en ce moment ?

Je travaille sur de nouvelles expériences de fabrication numériques inédites, notamment une qui utilise des colliers de serrage en plastiques de bricoleur, de l’origami et de l’impression 3D.

Je prépare un atelier qui se déroulera la semaine prochaine dans une grande enseigne du bricolage qui proposera la réalisation d’un mini voilier avec de l’impression 3D et de la découpe vinyle.

Je travaille parallèlement sur des propositions d’activités au profit de nouveaux lieux de pratique et de fabrication numériques.

Je travaille aussi sur la programmation d’ateliers pour un grand salon de loisirs créatifs qui se déroulera cet automne.

Et précisément en ce moment, je travaille sur une nouvelle pièce imprimée en 3D que je présenterai très prochainement. Et je crois que le barbecue de ce midi m’a apporté une solution pour réaliser l’axe des clapets de mon carburateur imprimé en 3D (voir photo).

Et sur encore bien d’autres sujets.

Dans quelques jours vous ferez partie des 300 Makers qui présenteront leurs
projets lors de la 4e édition de Nantes Maker Campus. Que vous inspire cet événement et qu’elle expérience allez-vous proposer aux visiteurs ?

C’est avant tout un formidable moment d’émerveillement partagé à vivre parmi les « MAKERS ». En plus, la présence des Machines de l’Ile donne à cet évènement une dimension et un sens tout particulier.

C’est une chance d’avoir un évènement comme celui-ci sur Nantes !

Cette année je vais proposer, une expérience de création et de fabrication numériques expresse et individuelle d’une trentaine de minutes : réaliser et personnaliser un sticker qui s’intitulera « Le mandala du Maker ».

Je présenterai aussi pour la première fois une nouvelle pièce imprimée en 3D qui est en cours de réalisation. Je vous réserve encore d’autres surprises sur mon stand, alors je vous donne d’ores et déjà rendez-vous les 5, 6 et 7 juillet 2019 pour la 4e édition du NMC #2019.

À très bientôt. WE ARE ALL MAKERS

We will be happy to hear your thoughts

Leave a reply

Reset Password
Compare items
  • Total (0)
Compare
0